00 2 minutes 3 ans 94
Print Friendly, PDF & Email

dingue, ce monsieur. je ne suis pas admiratif d’une marine le pen non plus d’autant plus d’un emannuel macron, mais alors quel combat on assiste.

depuis mon draft de « le point » que je remercie ma direction et laurence boccanili, il devient utile de préciser à quel point notre chef d’etat se bat contre la droite de l’europe.

il n’est pas seul sur le créneau du patriotisme, mon site l’aide en ce sens, je ne souhaite pas un fre-xit, mais putain qu’il est de bon ton de pointer la nécessité de se sentir européen.

j’adhère son discours et je lui apporte bonne chance, ne souhaitant pas que mon vote aille dans son sens, mais celui d’une bonne compréhensivité de ce qu’est l’Europe pour une nation, et vers quelle main lui tendre. 

Cette Europe de nos pays, cette Europe de nos envies, celle de nos devenirs.

Non pas cette guerre alternative gauche agréeaire qui faisait nous dire recoltons, mais dans combien temps nous produirons.

A décharge, il a fallu comprendre dans les années 1980 la nécessité de frontalisierier l’Europe, définir son contour politique, avant de dire que l’économie penche en faveur d’un pilote qu’est l’Allemagne.

L’europe de Macron, j’y crois aussi, alors, votez, un jour ou l’autre, le sallaly prendra le dessus sur la totalité du territoire européen, et là notre impulsion sera celle de la raison économique davantage certaine.

dans tous les cas, votez, et n’allez pas dans l’abstention.

 

sergio limoli-filho, depuis Nice, France, mardi 21 mai 2019 vers 10:27 AM. 

-- rappel Management de la soirée séance 22h --- à faveur d'infosport et Cadres Riviera #ChooseRiviera -- 20h